Gérard MARTIN

 

Dès l’enfance j’avais le plaisir du dessin.

Dans les années 70 je me lance dans le pastel,

Puis la peinture à l’huile que j’abandonne rapidement.

Je teste la gouache, la croyant semblable à l’aquarelle,

je passe alors à celle-ci mais,… erreur.

Depuis je m’abandonne à cette dernière avec délectation et aussi beaucoup de difficultés au début.

Je pratique aussi un peu l’acrylique.

Il me fallait alors trouver la voie à prendre car j’étais sans style stable et personnel.

Je découvre alors le surréalisme avec les œuvres de Dali.

Puis le futurisme avec Roger Dean,

Je trouve enfin le pinceau déclencheur.

Comme Salvador Dali, je réinterprète les choses et les images, parfois très simple et parfois avec plus de profondeur, dans ma quête de créativité.

Seul l’œil est créateur car, grand disséqueur et analyseur, il emmène le subconscient dans ces grands voyages au fond de nous-mêmes.

                 

 

Publicités