Martine Naudin

    

    

Martine Naudin commence  sa carrière de dessinatrice au sein du studio de Robert Conjat  dans la société Edi Monde Opéra Mundi  dirigée par Paul Winckler. Elle rencontre des gens comme l’illustrateur Bernard Charoy,  le dessinateur Kiraz et Marcel Gotlieb. Michelle Marinie lui enseigne l’art du portrait. Elève de la société régionale des Beaux Arts de Choisy-le- Roi, elle rencontre une peintre accomplie Martine Séguineau qui la pousse à se perfectionner dans les ateliers de Denise Lemaire professeur aux Beaux Arts de Paris et à la Grande Chaumière à Paris également. Côtoyant le sculpteur Maurice Guillaume ami de longue date de la famille qui la pousse à aller plus loin dans son travail. La ville de Dreux lui commande une fresque monumentale et d’autres plus petites dont une grande sur verre. La ville lui confie des cours d’arts plastiques dans une des écoles de la ville. Elle peint sur tous supports,  comme au site du « Conquil » en Dordogne sur calcaire et représente la préhistoire du monde entier. Elle a  travaillée  pour la « Paléothèque » à Montignac et « l’Empreinte des Ans »  « l’Homo Sapiens » aux Eyzies  de Tayac,  au site du « Régourdou » à Montignac  dans le Périgord, et « Préhisto Parc  » à Tursac. Le musée de la Licorne dans l’Indre lui achète une toile  pour l’exposer au public au château du Magnet. Elle expose en France et à l’étranger, seule ou avec d’autres artistes. Elle a été très souvent  primée depuis ses débuts de peintre dans les salons un peu partout en France. Elle est aussi écrivaine.