Jean-Baptiste ROBERT

Jean-Baptiste Robert

 

J’ai découvert la photographie voici une dizaine d’années, avec tout d’abord un compact « pro » numérique acquis aux alentours de mes 18 ans et un vif intérêt, avant de passer au reflex quelques années plus tard. Dès le début, le côté esthétique de la photo m’attire, avec l’évidence de l’utilisation d’un appareil photo autrement qu’en tant qu’objet à vocation touristique et mémorielle : la « photo-souvenir » est bannie, même lors de mes voyages les plus exotiques, afin d’éviter les lieux-communs.

Je tourne mon objectif vers ce qui de prime abord n’attire pas l’attention, et commence une quête autodidacte. La technique vient progressivement, en parallèle à ma volonté de changer de regard : c’est la découverte d’un nouveau monde, à un glissement de l’ordinaire. Aussi ma photo va chercher et expérimenter dans l’abstrait, pour permettre la mise en valeur des jeux d’ombres et de lumière, les textures et les couleurs, les formes environnantes et les sensations qui en émanent. Le plaisir de réaliser des photos esthétiques, originales et déconcertantes accompagne la joie d’observer plus attentivement ce qui est autrement jugé mécaniquement sans intérêt par un esprit occupé et distrait.

L’eau, pour sa capacité à jouer de la lumière, des couleurs et des reflets est rapidement devenu un sujet de prédilection, mystérieux et envoûtant, que j’explore depuis plusieurs années le long de rivières paisibles ou sauvages, depuis les berges ou immergé dans le courant. L’ensemble photographique exposé ici témoigne de cette recherche en pleine nature de beauté onirique, vibrante et inspirante, et la dimension abstraite de ces photos invite l’imagination de chacun à participer activement à leur découverte …

 

Publicités